Ces figures de style qui nous inspirent

Concept fourre-tout utilisé à tort et à travers pour décrire tout et rien à la fois, on confond bien trop souvent le style et ce qu'on appelle la mode, cette explosion de créativité ayant vocation à être constamment réinterprétée, brassée, renouvelée. Fugace par essence.

Le style, c'est cette colonne vertébrale immuable qui nous est propre, qui définit autant notre allure que notre gestuelle et, plus généralement, la manière dont nous sommes perçus par les autres. Où quand le fond rencontre la forme.

Subtile mélange d'attributs naturels, d'influences culturelles et d’aspirations individuelles, il offre une traduction assez fidèle des doutes et des certitudes qui nous habitent et qui racontent notre unique rapport au monde.

Retour sur les éléments essentiels de ce qui fonde la singularité de ces figures de style qui nous inspirent.  

Le style c'est l'allure

L’allure, c’est ce qui fait qu'on peut reconnaître un ami de dos, à une bonne centaine de mètres. Cette manière si unique que chacun de nous à de se tenir et se déplacer, sorte de négociation permanente entre une posture consciente et une physionomie contrainte. C’est Audrey Hepburn et sa féminité gracile d’une modernité folle, Marcello Mastroianni et son flegme méditerranéen légendaire ou Serge Gainsbourg et son laisser-aller étudié.

Le style c'est l'attitude

L'attitude, c'est ce qui révèle notre unique rapport au monde. Tour à tour posture physique, inclinaison idéologique ou interprétation stylistique, elle est autant un indicateur de ce que nous sommes que de la manière dont nous avons décidé de l’exprimer. Notion complexe, elle doit être approchée de manière globale pour être signifiante. C’est Orson Wells et son irrévérence visionnaire, Gianni Agnelli et ses montres de luxe portées à-même la manche de ses chemises sur-mesure ou Grace Kelly et son élégance froide et féline.

Le style c'est le charisme

Aura intangible qui inspire autant qu’elle fascine, le charisme est l’apanage des personnages de caractère. Outil de conviction et d’influence, il permet de susciter l’admiration, d’emporter l’adhésion et de soulever des enthousiasmes puissants. Au coeur des mouvements politiques et sociaux, il est également le pré-requis à tout mécanisme de starification et d'idolâtrie. C’est John Fitzgerald Kennedy qui, en 1961, devient le plus jeune président américain de l’histoire, Mohammad Ali qui cloue son auditoire à chacune de ses sorties médiatiques ou Marilyn Monroe qui, en 15 ans d’une fulgurante carrière créer un mythe qui n’a toujours rien perdu de sa vivacité.  

Les Belles Heures, c’est une collection de 9 foulards tissés en Italie puis finis à la main en France à porter au quotidien pour un style iconique et intemporel.